Quelques moments difficiles pour nos sapeurs-pompiers

Quelques moments difficiles pour nos sapeurs-pompiers

Le plus important fut, sans conteste, l’incendie du dépôt de carburants de la Jeanne d’Arc en 1949, où les pompiers d’Altkirch, de Mulhouse et de Belfort durent venir à la rescousse.
Plus près de nous il y eut aussi le 12 mai 1953, l’incendie qui détruisit 50 tonnes de matières premières à la Filature et Tissage de Montreux-Vieux. Mais c’est surtout durant l’occupation et au moment des combats précédant la Libération que notre Corps de sapeurs-pompiers fut mis à contribution.
C’est ainsi que le 8 octobre 1944, la gare frontière de Montreux-Vieux était l’objet d’un bombardement aérien au moment où de nombreux trains de marchandises et de wagons d’essence y étaient garés. Il fallut non seulement éteindre les foyers d’incendie mais également retirer des décombres fumants, les cadavres des soldats allemands.
Le 30 novembre 1944 enfin, les sapeurs pompiers étaient alertés afin de porter secours à trois personnes du village, blessées par des mines sur la route de Montreux-Château C’est au cours de cette opération de sauvetage que le chef de Corps lui-même fut victime de l’explosion d’une mine ce qui nécessita l’amputation de sa jambe droite.

Ce contenu a été publié dans Liens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *