Ingénieux: Bâtir un faux PARIS en 1918

 

Bâtir un faux Paris en 1918

    

Trois emplacements ont été définis. Les installations ont débuté par la zone A2, près de Villepinte (schéma tiré de la Revue militaire française).

À la fin de la Première Guerre mondiale, l’armée voulait attirer les avions allemands vers des cibles lumineuses imitant les grandes installations de la capitale. Le Figaro a retrouvé des archives détaillant le procédé.

Près d’un siècle après le début de la Première Guerre mondiale, cet incroyable projet de l’armée française reste toujours aussi peu connu. En 1918, alors que le conflit allait toucher à sa fin, la DCA, chargée de défendre le territoire contre les attaques aériennes, s’est lancée dans la construction d’une réplique de Paris destinée à duper les pilotes allemands. Les avions, qui avaient fait leur entrée dans un conflit armée pour des missions de reconnaissance tactique et de bombardement, étaient à l’époque dépourvus de radars. En recréant une ville factice composée d’une myriade d’éclairages lumineux, les Français pensaient pouvoir attirer les raids nocturnes vers de mauvaises cibles.

Fin septembre, le blog anglophone Ptak Science Books a exhumé une revue du 6 novembre 1920, The Illustrated London News, détaillant l’incroyable procédé de défense passive mis au point par les français pour protéger leur capitale. L’information a été reprise en fin de semaine dernière par Slate et Le Monde. En complément, Le Figaro a retrouvé plusieurs archives qui lèvent le voile sur ce faux Paris. La plus complète figure dans un exemplaire de la revue L’Illustration parue quelques jours avant la publication anglaise, le 20 octobre.

Un premier projet «fort rudimentaire»

  

La zone B, reprenant le tracé de la petite ceinture.

Alors que les projecteurs lumineux étaient déjà utilisés pour repérer les aéronefs ennemis, des premières expérimentations sont menées dès 1917 pour utiliser la lumière dans un tout autre registre, en créant cette fois de faux objectifs. Les bombardiers allemands Gotha, redoutés, venaient de mener leurs premiers raids d’envergure contre Londres. La technique est alors «fort rudimentaire», raconte L’Illustration. Au nord-est de Paris, on commence à installer «quelques lampes à acétylène, de manière à laisser croire à la présence d’avenues non éteintes».

Sous l’impulsion du secrétariat d’État à l’Aéronautique et de la DCA, le projet gagne de l’importance à l’orée de 1918. La décision est prise de simuler non pas quelques rues, mais l’ensemble de l’agglomération parisienne. «Les difficultés d’exécution étaient grandes», remarque L’Illustration. «Il était nécessaire qu’on utilisât une boucle de la Seine analogue à celle qui traverse la capitale et dont aucun artifice de camouflage ne pouvait tenir lieu. Il fallait ensuite que les zones qu’on allait ainsi désigner aux bombardements de l’ennemi ne fussent pas semées de localités habitées».

Fernand Jacopozzi, l’ingénieur qui éclaira la tour Eiffel

Après réflexion, trois zones furent retenues dans les régions Nord-Est, Nord-Ouest et Est de Paris. Dans la première, le projet devait restituer rapidement un faux Saint-Denis, un faux Aubervilliers, des fausses gares de l’Est et du Nord, «avec les usines qui peuplent cette banlieue Nord de Paris». Dans les autres zones, on devait reproduire le chemin de fer de la petite ceinture, les Champs-Élysées et d’autres points remarquables répliquant Paris (zone B, ci-dessus), ainsi que des objectifs industriels (zone C).
L’hommage du Figaro à Fernand Jacopozzi, lors du décès de l’ingénieur en 1932.

«Les services de DCA ne possédaient, toutefois, aucun moyen de réalisation, et l’on dut s’adresser à l’industrie privée», note L’Illustration. C’est Fernand Jacopozzi, qui emporta le contrat grâce à «son ingéniosité et [à] la simplicité de ses moyens», raconta Le Figaro en février 1932, à la mort de l’ingénieur électricien d’origine italienne. Un premier contrat fut passé pour la région de l’Orme de Morlu, au nord-est de Saint-Denis. Jacopozzi, qui s’illustra quelques années plus tard en illuminant pour la première fois la tour Eiffel, les Champs-Élysées et de nombreux autres monuments de Paris, reçut pour ce fait d’arme la croix de la Légion d’honneur.

Attirer l’attention sans éveiller les soupçons

La construction du «faux objectif de l’Orme de Morlu» débuta par la fausse gare de l’Est, située entre Seyran et Villepinte. Elle comprenait «bâtiments, voies de départ, trains à quais et trains en marche, amorces de voies et signaux, et une usine avec bâtiments et fourneaux en marche», détaille L’Illustration. Les bâtiments, en bois, étaient recouverts «de toiles peintes, tendues et translucides, de manière à imiter les toits de verre sale des usines». La principale difficulté venait de l’intensité de l’éclairage. «Un éclairage intensif fût vite apparu comme une ruse grossière. Il fallait attirer l’attention des aviateurs ennemis par une lumière suffisante, mais ne pas éveiller leurs soupçons», explique le journal.

Soulignant «l’art de l’ingénieur électricien», la revue explique comment on utilisa «des lampes de différentes couleurs (blanches, jaunes et rouges) éclairant alternativement des vapeurs produites artificiellement», pour imiter les lueurs des foyers de machines en marche. «Les trains étaient indiqués par des surfaces en bois posées sur le sol. Un éclairage latéral projetait la lumière à l’extérieur, comme si elle venait des fenêtres. Mais le fin du fin était la réalisation d’un train en marche. Le dispositif de camouflage s’étendait sur 1800 à 2000 mètres et l’éclairage courait progressivement d’une extrémité à l’autre.»

Ces installations «ne furent prêtes qu’après le dernier raid allemand sur Paris en septembre 1918 ; elles n’ont donc pas l’épreuve de l’expérience», commenta La Revue militaire plus de dix ans plus après, en 1930. Et l’on découvrit plus tard que les Allemands avaient envisagé un procédé comparable. Ces projets ne furent quoi qu’il en soit pas inutiles, estimait-on alors encore à l’époque. «Connaissant l’existence de faux objectifs, [le pilote] aura tendance à se demander, même pour les vrais : est-ce un faux? Ce doute jeté dans les esprits de l’attaque est déjà un résultat appréciable.»

 
Cette installation devait donner l’illusion, de nuit, d’un train en marche.

Par Benjamin Ferran du FIGARO

Ce contenu a été publié dans Historique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *