Suicide à la frontière

Après avoir blessé 2 jeunes filles, Camille Arbettier se suicide

24-02-1909

Le chauffeur de générateur de la gare de Petit-Croix, Camille Arbettier, poursuivait depuis longtemps sans succès de ses assiduités les demoiselles Corne, de Montreux-Château.

Ce matin vers 6 heures, ayant vu ces dernières prendre le chemin de Montreux-Vieux, commune située sur le territoire annexé, Arbetier, « poussé » par la jalousie les suivit et  dépassé la frontière allemande, dans but d’avoir avec elles une dernière explication.

Les demoiselles Corne s’enfuirent à la vue d’Arbettier, qui alors complètement affolé, tira sur elles des coups de révolver. Atteintes par les projectiles, les jeunes filles poussèrent des cris de douleur et d’effroi, et Arbettier,  croyant les avoir tuées, rebroussa chemin pour rentrer en France. Mais, à vingt mètres de la frontière, en proie avec une crise de désespoir, il tourna son arme contre lui et se brûla la cervelle.

La mort fut instantanée.

Les autorités allemandes prévinrent les autorités françaises et leur remirent le cadavre d’Arbettier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *