Un français incorporé malgré lui dans l’armée allemande

Un français incorporé malgré lui dans l’armée allemande

20-08-1896

Le 11 mai dernier un habitant de Belfort, Monsieur Muller Joseph, ouvrier électricien, ayant reçu des nouvelles alarmantes sur la santé de ses parents, résolut de leur rendre visite, bien qu’ils résidassent aux environs de Mulhouse, en plein territoire annexé.

Par malheur à la gare allemande de Montreux-Vieux, il rencontra un de ses anciens camarades d’école, aujourd’hui gendarme allemand, qui l’arrêta comme déserteur.

Au bureau du chef de police, Monsieur Muller expliqua qu’il avait quitté l’Alsace-Lorraine depuis douze ans et que, ayant accompli son service militaire dans la légion étrangère et fait la campagne du Tonkin, il se trouva de droit naturalisé français et ne pouvait être poursuivi en Allemagne pour désertion.

Les autorités en jugèrent autrement, Muller fut enfermé pendant six semaines en prison, puis incorporé à Cologne dans la 8è Compagnie du 65è d’infanterie.

De la Muller en butte aux mauvais traitements fit connaître par son beau-frère aux autorités françaises  sa situation.

Des semaines s’écoulèrent sans amener de changement, pour combler son malheur, Monsieur Muller apprit la mort de sa fillette de 14 ans. Alors fou de douleur, ayant reçu l’argent le 10 août dernier il acheta des vêtements civils et déserta pendant des manœuvres de nuit. Il descendit sur la berge du Rhin et tantôt courant, tantôt nageant il se dirigea sur Cologne ou il prit l’express de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *