L’Enseignement

L’Enseignement

Vers 1812, la commune comptait alors 10 élèves indigents faisant un 5 ème de la classe. L’instruction était gratis pour cette catégorie mais l’instituteur par contre touchait  20 F pour ces élèves.

En  1819   l’instituteur percevait 50 cts  par élève et par semaine. A titre de traitement la commune lui versait annuellement  50 F . Il était également rétribué pour faire le sacristain à l’église et percevait annuellement 100 F. Il occupait à la mairie-école un logement de  4 pièces dont le loyer était estimé à 50 F. Il avait également droit à 4 stères de bois de chauffage par an. Après chaque modification du salaire l’assemblée inscrivait au registre la mention suivante “somme reconnue suffisante pour rétribuer un instituteur et faire jouir les enfants d’un bon enseignement”.

Le Budget de la commune de la même année s’élevait à 701.32 F.  Le salaire du secrétaire était de 60 F par an, celui du garde champêtre de 48 F  les fournitures de bureau et déplacement du maire à 49 F.

Le 23 août 1830 le salaire de l’instituteur a été fixé comme suit :

  • évaluation du logement 60 F
  • par enfant 10 cts par semaine sauf pour les indigents
  • il jouira d’un coin de terre évalué à 10 F
  • Il recevra annuellement sur le produit de la taxe d’affouage 200 F à titre de traitement
  • Il doit faire le service d’organiste pour 30 F
  • Il aura droit à 4 stères de bois.

 En 1836 le salaire de l’instituteur est de 350 F

Le 18 mai 1846 décès de l’instituteur, la commune cherche alors un remplaçant. Elle traite provisoirement avec le sieur Erhard Jean d’Ueberstrass non breveté, et pauvre.

Le 2 décembre de la même année l’on procéda à l’installation d’un comité d’instruction primaire. Sa composition était la suivante : Gevrier François Charbonnier Jean Pierre et Patat Jean Pierre.

Le 24 décembre 1848 une carte géographique a été achetée pour la salle de l’école pour 14.15 F

Le traitement de l’instituteur a été modifié le 10 mai 1850 et porté à 600 F

Le 2 février 1851 une indemnité de 12 F est allouée à l’instituteur alors également sacristain pour sonner la retraite les jours de fêtes et dimanches.

En 1855 le maçon Greber procède à des travaux à l’école pour 44.45 F

Le 24 juillet 1855 le salaire de l’instituteur est fixé à 852.55 F

Le 10 mai 1862 Le sieur Boly fut nommé par l’Inspection d’Académie en tant qu’instituteur public . Ce dernier accepte le poste sous conditions 600 F plus la fourniture de bois de chauffage, sacristain et sonnera la retraite 150 F. Il n’est accordé aucun Casuel obligatoire que pour la messe de fondations.

Le salaire de l’instituteur a été fixé en 1872 à 700F le 23 février  1873 à 900F et le 11 décembre 1873 à 1200 F

Le 21 décembre 1875 un projet de construction d’une maison d’école est discuté au conseil municipal ainsi que  sur des travaux de  réparation à l’église. Un crédit de 10 000 M et 15cts additionnels aux 4 contributions pendant 20 ans à partir de 1877 sont votés.

Le 14 mai 1876 la demande de Grosjean Edouard concernant l’admission gratuite de ses enfants à l’école est acceptée et de lire: Vu l’état presque complet d’indigence dans lequel se trouve le nommé Grosjean est d’avis à faire droit à sa demande”.

Le 4 février 1877 le taux de rétribution scolaire est fixé pour 1878 à 4 M 80 pf par élève.

En parcourant  le budget de 1877 on peut lire qu’une recette de 1.45 M a été perçue pour absence à l’école.

Le 19 février 1881  les habitants demandent que la nouvelle maison d’école n’atteigne pas la route mais qu’elle soit reculée. S’étant rendu sur place le conseil municipal a jugé que le coup d’oeil serait plus beau, que des arbres peuvent être plantés dans la cour au Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *