Travaux communaux

Les travaux communaux

Les rues ne connaissent pas le bitume et ne comportent pas de trottoirs, sinon des caniveaux et ont sort directement sur la chaussée faite d’une sorte de concassé compacté, fragile sous les roues des attelages ferrés et les sabots des chevaux et troupeaux.

On y circule à pied, en voiture à cheval. Les matériaux utilisés étaient le gravier extrait d’un terrain communal du lieu dit “Au Vernois” L’indemnité pour l’extraire était   fixée  par le conducteur des Ponts et Chaussées de l’époque M. Giraripek qui proposa dans une lettre du 6 janvier 1831 le prix de 20 cts par M3.

Réuni en session le 16 mars 1831 le conseil municipal a fixé les tarifs pour la mise en état des chemins comme suit  :

  • la journée d’homme à 2,50F
  • la journée de bête de trait à 2,50F
  • la journée de voiture et charrette à F

D’autres prix ont été définis en 1837 comme par exemple

  • le ramonage et chargement de pierres F
  • le transport par voiture d’un M3 de terre, gravier etc… 50 cts jusqu’à une distance de 100m, ensuite 50 cts par 100m
  • le déblai à la brouette à une distance de 20m 60 cts
  • le cassage d’un m3 de pierre 75 f
  • le terrassement pour ouvrir des fossés de 66 centimètres de largeur sur 50 cts de profondeur 8 cts par 1 mètre de longueur
  • étendue par m3 de pierre 25 cts

Pour en revenir aux frais  de déplacement le 10 août 1822 le conseil municipal avait décidé d’acquérir un fourneau pour l’école un deuxième  pour le presbytère et un troisième pour la maison du berger. Pour cette opération le maire a obtenu de l’assemblée le droit de commettre un homme de la commune dans son voyage et en sera alors indemnisé pour ses frais.

 En 1830 un pont sur la rivière dite “Saint Nicolas”  mitoyenne avec la commune de Montreux-Vieux et Cunelières a été construit. Cette opération donna déjà du soucis au Conseil Municipal de l’époque qui dans sa séance du 26 mars 1830 a demandé la modification de la répartition  du paiement du montant des travaux par moitié et non au prorata du nombre d’habitants des communes, comme le spécifiait le Procès Verbal d’adjudication . L’assemblée municipale a donc demandé au maire d’adresser une demande allant dans ce sens à Monsieur le Préfet en lui signalant que la même procédure avait été utilisée pour la constructions d’un pont avec Montreux-Château et d’un autre avec Montreux-Jeune. Un avis favorable a été émis par la Préfecture ce qui a permis au Conseil Municipal de formuler une demande à l’administration supérieur afin que le règlement puisse être  effectué par prélèvement sur la vente de troncs de hêtres qui a eu lieu le 19 mars 1830. Satisfaction a été donnée à la commune.

Le 27 juin 1831 les habitants réclament le curage du ruisseau “La Grubaine

 Le 26 Août 1832 Le Conseil Municipal émet un avis défavorable à la demande de Monsieur le Préfet qui demande  quelques pièces de bois pour la construction d’un bâtiment communal à Fontaine.Le 12 avril 1834 la réparation du mur du cimetière a été effectuée à cause de l’intrusion de toutes sortes d’animaux.

En 1834 également 67 arbres seront extraits des forêts pour être replantés le long de la Route Royale et Départementale

Par arrêté du Préfet en date du 13 août 1835 l’administration impose à Joseph Grosjean et Henri Bourquardez la construction d’un reservoir d’eau sur le terrain communal jouxtant le leur malgré le préjudice invoqué : l’infiltration d’eau, le passage des habitants sans interruption.

Le 5 août 1841 L’Administration des Ponts et Chaussées propose de faire construire sur le canal du Rhône au Rhin un bassin pour faciliter la navigation et le commerce. La commune propose d’effectuer le transport de 400 m3 de terre. Elle en est d’accord en vue de l’extention que pourrait prendre le commerce.

Le 7 juillet 1844 le Conseil Municipal a conclu que l’établissement de deux réservoirs d’eau étant le préservatif le plus efficace contre l’incendie et d’une utilité pour les habitants .Il a décidé la construction d’un aqueduc qui conduira l’eau d’un réservoir à l’autre. Un crédit de 80 F a été voté.

Le 2 mars 1845 Une prévision de travaux de rénovation de l’école est décidée.

Le 18 mai 1845 le projet est mis en exécution. Agrandissement de 7 m de long, 5 m de large et 3 m de hauteur. La population actuelle était de 280 habitants.Les travaux de maçonnerie ont été exécutés par Maître Gerber Xavier, patenté de 6 è classe pour un montant de 548,78 cts. Fregy François charpentier de Bretagne effectua les travaux de charpente.

Le 19 août 1843 le conseil municipal donne un avis favorable à la création d’un chemin de grande circulation par l’Administration de Suarce à Fontaine.

Le 12 septembre 1847 Réparation du mur du cimetière par Gerber Xavier maçon pour un montant de 300 F afin que les animaux ne divagent pas sur les sépultures.

Le 6 février 1848 La crue de la Suarcine ayant débordée, le pont situé sur cette rivière entre Montreux-Vieux et Montreux-Jeune interrompant totalement la communication. Un pont provisoire a été construit. Les frais se sont élevés à 146,23 F

Le 3 février 1856 Gerber Xavier confectionna un traîneau à neige pour 10,35 F

Le 18 août 1856 L’assemblée vote un crédit pour l’achat de 47 M3 de gravier à Monsieur Seigeot de Belfort, propriétaire à Lacollonge pour être employé sur le chemin n°3*36

Le 24 août 1873 les chemins sont en mauvais état, la commune vient supplier le Directeur de l’arrondissement d’Altkirch pour qu’il s’intéresse auprès de l’administration forestière pour effectuer une coupe extraordinaire au Bois Juré de la contenance de 1 ha 85

Vu l’importance que prend notre commune depuis la construction de la nouvelle gare

En 1881 les matériaux provenant de la démolition de la maison du berger sont vendus pour la construction de l’école.

Une commission a été désignée pour surveiller l’entretien des bâtiments communaux . Ont été désignés Goffinet Jean Pierre, Laible Wilhelm, Munkel Aloïse . Elle est chargée tous les trimestres de rendre compte au Conseil Municipal . Elle a le droit d’effectuer des réparations dans la limite des crédits inscrits au budget.

Le 10 mai 1859 un hangar pour abriter une pompe a incendie a été construit pour 280,49F

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *