La visite du Président de la République le 12 février 1915

Visite du Président de la République Raymond Poincaré le 12 février 1915

Le cheveu blanc, poésie récitée le 12 février 1915 à Raymond Poincaré, Président de la République

visite-du-president-raymond-poincarele-12-fevrier-1915-1

Le cheveu blanc

Poésie de Victor Gresset

C’était l’été dernier ; de passage à Berlin,
Je dinais chez une baronne
Dont, depuis vingt ans, le destin
A fait une Prussienne. Elle était Bourguignonne
Avant son mariage, et, malgré ses succès
D’esprit, de finesse et de grâce,
(Car à la cour elle avait sa place,)
Malgré son nom, son cœur était resté Français ;
Revoir son cher pays de France
Etait sa plus douce espérance.

Au dessert, on en vint à parler de Paris ;
Bons germains ! ce ne fut qu’ironie et mépris.
De l’astre des cités, la perte était fatale,
La superbe Lutèce était sur son déclin,
Et, sans aucun doute, Berlin,
De l’Europe, sous peu, serait la capitale.

Paris fut mis au pilori.
De tant d’outrecuidance outrée,
Eh bien, je vous fais un pari,
Dit la baronne exaspérée :
Que l’un de vous, messieurs, me remette un objet
Insignifiant, sans prix, vulgaire,
Et, je le jure ici, Paris en saura faire
Un bijou, quand Berlin n’en ferait qu’un hochet.

Un grand seigneur tint la gageure,
Il promit d’envoyer un spécimen pur sang
Dont on ne pourrait pas altérer la nature.
Qu’envoya-t-il ? un cheveu blanc.

La baronne, un instant, fut fort embarrassée,
Car, que faire avec un cheveu ?
Et sa parole était en jeu.
Bah ! Paris saurait bien trouver la panacée.
En expliquant le fait,
Elle adressa l’objet.

Intelligence sans pareille,
L’artiste, quinze jours après,
Lui retournait une merveille.
Du pari, c’était le succès.

L’aigle noir de la Germanie,
Dans sa serre, sanglante encor,
Etreignait un cylindre d’or
Duquel le blanc cheveu sortait comme un génie.
Il supportait un écusson,
Gracieux, simple de façon,
Dans lequel on voyait l’Alsace et la Lorraine
Sur un lit de feuilles de chène,
Et dessous, en lettres de feu :
Vous les tenez, Hélas ! mais c’est par un cheveu !

Le saviez-vous ? De l’accueil de Président Poincaré au Camp de concentration

Gabrielle Lauber née à Montreux-Vieux en 1899, la jeune fille qui a récité le poème « Le Cheveu blanc» au Président Raymond Poincaré lors de sa visite à Montreux-Vieux le 12 février 1915 a été déportée  avec toute sa famille en octobre de la même année au camp d’internement de Viviers (Ardèche) jusqu’à la fin de la guerre (1918) pour le motif qu’ils auraient été dénoncés comme des espions, qui, à partir de la maison Laiblé auraient fait des signes lumineux aux avions allemands pour les diriger vers les positions françaises. Sur la photo ci-dessus en bas à gauche Gabrielle à 80 ans récitant encore le poème « Le Chaveu blanc ».

La Camp d’internement de Viviers (Ardèche)

Le camp d'internement de Viviers

Ce camp ayant le statut de « camp de concentration » était installé à Viviers en Ardèche dans le grand séminaire. Sous tutelle du ministère de l’Intérieur, ce lieu a accueilli successivement deux catégories d’internés : l’une composée d’Alsaciens-Lorrains considérés comme “douteux” par les autorités (1914-1918) ; l’autre, d’ “Austro-Allemands” qui ne seront rapatriés ou expulsés qu’après la signature du traité de Versailles (1918-1919).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *