Visite à Montreux-Vieux le 24 avril 1916 du Général Franchet d’Esperey

Visite à Montreux-Vieux le 24 avril 1916 du Général Franchet d’Esperey

Les généraux Franchet d’Esperey commandant le groupe des armées de l’Est et Demange commandant le 34è C.A.

Au quartier général du 34è C.A. Les généraux Franchet d’Esperey commandant le groupe des armées de l’Est et Demange commandant le 34è C.A.

Louis Franchet d’Espèrey

PORTRAIT DE CE GRAND HOMME

Louis Franchet d’Espèrey (1856-1942)Fils d’un officier de cavalerie des chasseurs d’Afrique, Louis, Félix, Marie, François Franchet d’Espèrey est né à Mostaganem le 25 mai 1856.

Sorti de Saint Cyr en 1876, il sert en Afrique du Nord dans le premier régiment de tirailleurs algériens.

Il est admis à suivre les cours de l’École supérieure de guerre en 1881, mais il n’y entrera qu’avec la promotion suivante, afin de participer à l’expédition de Tunisie contre les Kroumirs.

À sa sortie de l’école, il rejoint le Tonkin pour deux ans et participe aux combats de Lang-Son et de Lao-Qay.

À son retour en France, en 1886, il est à l’état-major de l’armée puis au Cabinet de Freycinet, ministre de la guerre, avant de commander un bataillon à Toul puis le 18e bataillon de chasseurs à pied de Nancy. En 1900, commandant de la zone française de Pékin, il participe à l’expédition de Chine contre les Boxers.

Revenu en France, il commande successivement le 69e régiment d’infanterie à Nancy puis la 77e brigade d’infanterie à Toul. Promu colonel en 1903, il commande le 60e régiment d’infanterie à Besançon.

En 1912, le général de division Franchet d’Espèrey sert près de Lyautey, comme commandant des troupes d’occupation du Maroc occidental et participe à diverses opérations de pacification dans les secteurs de Tadla, de la Chaouïa, du Grand Atlas.

À la déclaration de guerre, il commande le 1er corps d’armée à Lille. Durant la bataille des frontières, il est à Charleroi, en Belgique, puis mène, à Guise, sur l’Oise, une contre-attaque victorieuse contre les troupes allemandes. Le 3 septembre, Joffre lui confie la 5e armée qui constitue un élément déterminant dans la victoire de la Marne. Il commande les groupes d’armées de l’Est en 1916, puis du Nord en 1917. En juin 1918, il remplace le général Guillaumat à la tête des armées alliées d’Orient qu’il mène à la victoire finale. Son offensive victorieuse de la Moglena, dans les Balkans, marquée par la prise de Dobro Polje, contraint les Bulgares à signer l’armistice en septembre 1918. C’est ensuite, en quelques semaines, l’effondrement de la Turquie et de l’Autriche-Hongrie puis la demande d’armistice allemande.

A l’issue du conflit, commandant les troupes d’occupation à Constantinople jusqu’en 1920, il dirige les opérations d’Ukraine, de Bessarabie.

En 1921, le général Franchet d’Espèrey est élevé à la dignité de maréchal de France.

Devenu inspecteur général des troupes d’Afrique du Nord, il consacre son temps et son talent à l’Armée d’Afrique. Il entreprend également la réalisation des voies transsahariennes et est gravement blessé à Gabès, le 19 mars 1933, dans un accident d’automobile alors qu’il allait étudier une liaison Tunisie-Maroc par le Sud. Durant cette période, représentant de la France lors de cérémonies officielles ou chargé de missions en Europe centrale et en Afrique, il entame la rédaction de ses Mémoires et publie diverses études.

Élu à l’académie française en 1934, il fonde « les Amitiés africaines », oeuvre sociale à l’origine des « Dar el Askri » (maisons du combattant) qui regroupe les anciens combattants musulmans et leur vient en aide.

En 1940, il se retire dans le Tarn, à Saint-Amancet, où il décède le 8 juillet 1942. Il est inhumé le 24 octobre 1947 dans la crypte de l’église Saint-Louis-des-Invalides, à Paris.

Il était Grand-Croix de la Légion d’honneur et titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de guerre 1914-1918.

Source : MINDEF/SGA/DMPA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *